Rabelais et la grande bouffe

15 décembre 2013 § Poster un commentaire

En prévision des festivités… et en attendant un article de mon crû. 😉

littesquiss

Je voudrais montrer que nos idées sur la nourriture chez Rabelais sont généralement erronées.

Lisons pour commencer les premiers mots du Prologue du Tiers Livre. Rabelais apostrophe ses lecteurs de la façon suivante : « Bonnes gens, Beuveurs tresillustres, et vous Goutteux tresprecieux. » Les mots buveurs et goutteux désignent des ivrognes. Goutteux (qui boivent la « goutte ») peut aussi signifier « atteints de la goutte », maladie qui se contracte en abusant de l’alcool et des nourritures trop riches. Ces formules sont en outre paradoxales, car les ivrognes apparaissent très « précieux » et « illustres ». Illustre est un latinisme : ces débauchés sont « très brillants, très célèbres », ce sont des gens « dignes de mémoire » (significations du mot latin illustris). Par de telles apostrophes, Rabelais crée un effet de surprise comique et déstabilisant, qui pousse les lecteurs au questionnement.

Bien sûr, l’idée que nous nous faisons habituellement de l’univers rabelaisien s’accorde avec le fait que des ivrognes…

View original post 871 mots de plus

Publicités

Tagué :,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Rabelais et la grande bouffe à rabelaisie.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :